Secteur des déchets : face à la fin annoncée d’un modèle : l’urgence d’un sursaut collectif - SMICVAL

Le SMICVAL et les structures gestionnaires des déchets constatent une augmentation sans précédent du coût de traitement des déchets en Gironde. Alors que nous élaborons le budget 2021, une hausse du coût du traitement des déchets de près de 15% par an nous est imposée et qui se traduira sur la feuille d’impôt ou la redevance acquittée par les habitants de nos territoires !

Une situation intenable

Cette hausse a pour première origine, la position quasi monopolistique de VEOLIA, détenteur et gestionnaire de pratiquement tous les sites de traitement des déchets de Gironde. Depuis 2019, Bordeaux Métropole a confié la gestion de ses deux incinérateurs (Bègles et Cenon) au groupe VEOLIA, propriétaire par ailleurs du site d’enfouissement de Lapouyade. VEOLIA profite de cette position dominante sur un marché très restreint pour appliquer des augmentations de prix inédites, sans aucune concurrence : +40% d’augmentation sur 5 ans. Le rapport de la Chambre régionale de la Cour des Comptes le confirme : VEOLIA facture le traitement de nos déchets trois fois plus cher qu’à Bordeaux Métropole. Nos communautés de communes, communautés d’agglomérations et syndicats de traitement sont captifs d’un marché verrouillé et ce durant 7 ans.  

Les taxes sur le traitement des déchets vont subir également une forte augmentation sur les 5 prochaines années : x5 pour les tonnes incinérées et x4 sur les tonnes enfouies. En effet, le traitement est assujetti à la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes) et le législateur a souhaité via cette augmentation importante, mobiliser les habitants et les collectivités en faveur d’une réduction massive des déchets ultimes.

Le monde des déchets subit une crise économique sans précédent. La baisse de la demande mondiale en matériaux issus du recyclage (papier recyclé, baisse des exportations des vins et Champagnes de France provoquant une baisse de la demande en verre recyclé etc.) impacte les recettes des collectivités et syndicats en charge de la gestion des déchets.

L’équation est simple : augmentation des dépenses et chute des recettes creusent un écart de plus en plus important que nos territoires et leurs habitants sont appelés à financer.

Pouvons-nous subir cette situation sans réagir ?

Non. Les élus des collectivités concernées ont donc interpellé Madame la Préfète et le Président de VEOLIA France afin de remédier à cette position commerciale dominante et désastreuse pour nos territoires et leurs habitants. Dans le même temps, ils ont saisi le Président de Bordeaux Métropole pour proposer de travailler ensemble à des solutions partenariales pour le traitement des déchets 

 Mais, cela ne suffira pas. La solution d’avenir ne peut se limiter à cela !

Une nécessaire transformation

 Le moment est venu d’engager les évolutions fondamentales nécessaires à nos territoires et à leurs habitants.

Pourquoi ?

Nous n’avons plus les moyens de gérer une quantité sans cesse croissante de déchets, ce modèle est à bout de souffle ;

Notre responsabilité est de préserver les ressources naturelles et de tendre vers des modes de consommation plus sobres, plus respectueux de l’environnement, moins impactant pour l’avenir ;

La société civile et la puissance publique doivent s’emparer de cet enjeu.

Une voie incontournable pour répondre à ce défi

Une seule le permet : la réduction massive des déchets. Pour « changer de modèle », il ne faut plus financer les conséquences subies mais agir sur les causes. En diminuant les déchets produits, le coût du traitement baissera de fait. Chacun a un rôle à jouer, chaque partie doit prendre ses responsabilités pour diminuer la quantité de déchets : industriels, citoyens, collectivités, entreprises, associations etc.

Nous devons agir ensemble. Une dynamique citoyenne, collective doit se mobiliser, et la puissance publique s’y associer pour conduire ces transitions de manière juste et équilibrée, au bénéfice des Girondines et des Girondins, ruraux ou urbains.

Consulter les autres articles

Une triple certification QSE renouvelée pour le SMICVAL

Cette année, le SMICVAL a obtenu le renouvellement de sa triple certification QSE (Qualité, Santé/Sécurité et Environnement). Qu’est-ce que cela signifie ? Pour y voir plus clair, nous avons posé quelques questions à Stéphanie Berjal, Responsable QSE au SMICVAL depuis...

Une rentrée scolaire Zéro Déchet Zéro Gaspillage, c’est possible !

La rentrée scolaire approche à grands pas et comme tous les ans à cette époque,  se pose la question de l’achat de fournitures scolaires. Le risque ? Tomber sans s’en rendre compte dans le piège de la surconsommation. Pour éviter de gaspiller et de (trop) produire de...

Nos tontes et feuilles ne sont pas des déchets !

Sur le territoire du SMICVAL, plus d’un tiers des apports en Pôle Recyclage sont des végétaux. Parmi eux, on y retrouve des branchages, du bois, mais aussi des restes de tonte de gazon et des feuilles. Or, les tontes et feuilles ne sont pas des déchets, mais bien des...

TRIGIRONDE, le nouveau centre de tri, ouvrira ses portes en 2023

En 2023, le Pôle Environnement de Saint Denis de Pile accueillera TRIGIRONDE, le nouveau Centre de Tri, en réponse aux exigences de la Loi sur la Transition Énergétique pour développer l’économie circulaire dans les territoires de 2015. En effet, cette obligation...

Rencontre avec CyclO PierrO, un acteur engagé dans l’économie circulaire

Un atelier rempli de vélos en tous genres, des pièces détachées méticuleusement rangées par catégories, des selles datant d’époques différentes et des sacoches vintage accrochées aux murs : pas de doute, nous sommes arrivés à bon port ! C’est dans son atelier situé à...

Zoom sur Izon, une commune engagée Zero Waste

La commune d’Izon, 5 900 habitants, située en bord de Dordogne dans le Libournais, fait partie des premières communes de notre territoire à s’être engagée dans une démarche globale liée au tri et à la réduction des déchets ainsi que la protection de l’environnement....

4 gestes pour jardiner au naturel

Jardiner au naturel permet de préserver et respecter l’équilibre de la biodiversité dans son jardin. Cette pratique est d’autant plus indiquée depuis l’interdiction de l’utilisation des produits chimiques pour jardiner ou désherber pour les particuliers (mesure votée...

De plus en plus de communes s’engagent pour un territoire Zero Waste

A ce jour, sur les 138 communes du territoire du Smicval, 66 ont délibéré sur l’interdiction des plastiques à usage unique, ce qui représente 65 % de la population du territoire du Smicval et 49 ont adopté la charte « Ma commune Zero Waste », ce qui représente 54 % de...

Comment le Smicval imagine la collecte des déchets de demain ?

Le SMICVAL travaille sur le choix de la collecte de demain associée à la tarification incitative. Une étude à ce sujet est en cours, elle a pour but d'atteindre les objectifs de réduction de tous les flux de déchets. Pour y parvenir, des usagers du service seront...

Les DASRI toujours aussi présents dans les bacs de recyclage

Malgré les différentes campagnes de communication et les actions entreprises sur le terrain, le Smicval est toujours confronté à la présence de DASRI (Déchets D’activité de Soin à Risque Infectieux) dans les bacs et de déchets dits “Covid” (masque, gants…) qui mettent...