Les filières de valorisation

Les filières de valorisation nomment les exutoires qui permettent de recycler les déchets collectés, par exemple : la filière verre, textile, papier, pneus, ferraille…. Elles peuvent être gérées par un eco-organisme ou directement par la collectivité. Les élus du syndicat ont toujours souhaité travailler avec les éco-organismes lorsque ceux-ci existent dans le respect des valeurs de mutualisation régissant l’organisation de ces filières.
 

 

Les REP et éco-organismes 

Les politiques de recyclage des déchets ménagers s’appuient pour partie sur les filières dites de Responsabilité Elargie des Producteurs (REP). C’est le principe du pollueur-payeur, les fabricants et distributeurs sont ainsi contraints de contribuer à la fin de vie du produit mis sur le marché. Pour certains produits une éco-taxe a été mise en place, comme pour les appareils électroniques et électriques. Ces producteurs peuvent assumer leur responsabilité de manière individuelle ou collective en se regroupant en un éco-organisme.
 
L’éco-organisme est une structure qui assume la responsabilité financière et organisationnelle des producteurs pour la gestion des produits en fin de vie tels que les équipements électriques et électroniques, les véhicules, les papiers, les ampoules…
 

Les différents éco-organismes partenaires du SMICVAL

  • Eco-emballages pour tous les emballages ménagers : bouteilles et flacons en plastiques, emballage en carton, acier, aluminium et le verre
  • Eco-folio pour toutes les sortes de papier
  • Ecologic pour les D3E
  • Recyclum pour les lampes et néons
  • Aliapur pour les pneus
  • EcoTLC pour le textile

Comment sont organisées les filières au SMICVAL

   

Les filières en cours d’étude

Plusieurs filières sont en cours de construction au niveau national, selon les recommandations issues du Grenelle de l’Environnement : Les déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI : coupant et tranchants des particuliers : seringue, aiguille…), les déchets diffus spécifiques ménagers (peinture, solvant, produit phytosanitaire etc.) et les déchets d’ameublement tant ménagers que professionnels. Ces filières sont attendues pour 2013.
 
Le SMICVAL, identifie également des gisements de déchets susceptibles d’être valorisés par de nouvelles filières. Actuellement à l’étude : le démantèlement des matelas, la fabrication de bois énergie, le tri d’une partie des encombrants pour devenir du CSR (Combustible Solide de Récupération) utilisé comme combustible dans les cimenteries et le recyclage des plaques de plâtres.
 
Au SMICVAL, c’est une trentaine de filières qui sont gérées quotidiennement par les équipes. Une organisation quotidienne et rigoureuse est indispensable pour contrôler les transports des déchets, les chargements des recycleurs et la disponibilité des caissons en déchèteries pour accueillir les usagers. Cette gestion des filières permet au syndicat de recevoir des soutiens des éco-organisme et d’encaisser des recettes issues des ventes des matériaux à recycler, l’ensemble représente 13% des recettes annuelles du syndicat.